Se connecter
Ivry sur Seine
Découvrir le lycéeAdministrationLa vie lycéenneCahiers de textes

Accueil > Enseignements Artistiques > Grave !

Grave !

La gravure est un art très ancien qui consiste à retirer une couche de matière sur un support (plaque de bois, de cuivre, d’acier, de plexiglas ou de linoléum) à l’aide d’outils tels que des pointes et des gouges afin de procéder à une impression sur papier. La plaque est ensuite recouverte d’encre et placée, recouverte d’un papier, sur une presse pour l’impression. L’intérêt de cette technique est la transformation que subit le dessin gravé une fois encré et passé à la presse. De plus, on peut le multiplier en le reproduisant en plusieurs exemplaires.
Nous avons découvert les différentes techniques et les différents gestes de la gravure. Ainsi , nous avons expérimenté la gravure sur plaque de linoléum, de cuivre, de carton et sur plexiglas.
Chacune de ces techniques présente des avantages et des inconvénients. Le carton par exemple était difficilement utilisable pour la gravure car c’est un matériau qui absorbe l’encre, le résultat n’était pas excellent . Le plexiglas au contraire était très intéressant à utiliser car le travail à la pointe offrait plus de précision. De plus, sa surface lisse nous permettait d’utiliser de nouveaux outils tel que le papier de verre .
Nous avons pu mettre cet exercice en lien avec les notions au programme de terminale en art. Le programme repose sur trois notions principales qui nous amènent à étudier l’oeuvre de trois grands artistes très différents : Gustave Courbet, Tadashi Kawamata et Marcel Duchamp.
Nous avons donc travaillé sur plusieurs oeuvres de Gustave Courbet (Le désespéré, Le sommeil, L’homme à la pipe, etc.) La gravure nous a permis de redécouvrir ces oeuvres, les jeux de lumière, d’ombres qu’elles présentent.
Cette expérience a élargi nos horizons en matière de technique artistique et nous a appris à travailler avec plus de précision et de concentration.
Le graveur utilise aussi des acides, des vernis et autres matériaux pour altérer la surface de certaines plaques. Cependant, nous n’avons pas pu, faute de moyens mais aussi parce que ces techniques sont dangereuses, expérimenter ce type de gravure. Nous avons beaucoup appris de ces mois de travail avec Maurice Maillard. Ce fut une expérience très enrichissante, qui a renforcé notre culture artistique et nous a initiés à une technique inconnue de nous jusqu’alors.
Walid Haddadou, Tale L