Se connecter
Ivry sur Seine
Découvrir le lycéeAdministrationLa vie lycéenneCahiers de textes

Accueil > Enseignements Artistiques > Norodom Siahnouk (fin)

Norodom Siahnouk (fin)

Je voudrais souligner le rôle et l’importance de la musique dans ce spectacle car nous pouvions voir les musiciens et leurs instruments à droite de la scène qui accompagnaient les comédiens dans leur jeu. De temps en temps, ils se mettaient à danser et tout devenait extrêmement sautillant grâce aux percussions. La musique change de style en fonction du personnage qu’elle suit. Le rôle du père de Norodom Siahnouk par exemple est très différent, c’est un personnage masqué, qui est un revenant assez comique dans la tradition de la commedia dell’arte, bien que son masque soit balinais. La musique qui le suit en fait un personnage tout droit sorti des films muets de Charlot.

le rapport avec les spectateurs m’a frappé : parfois les acteurs s’adressaient directement à la salle comme si nous étions leurs partenaires. Dans la scène où les Khmers rouges font de la propagande par exemple, nous représentions l’assemblée du peuple. Cette adresse nous implique directement et nous nous sentons en empathie avec le peuple opprimé.

Ces cinq heures de spectacle pour retracer trente ans de la douloureuse histoire du Cambodge nous ont bouleversés. Aux saluts, les acteurs se sont mis à chanter et l’émotion était visible pour eux mais aussi pour nous. En réfléchissant, je pense que cette histoire nous concerne tous. J’ai beaucoup aimé qu’on puisse en parler ensuite avec le metteur en scène Georges Bigot - le créateur du rôle de Siahnouk en 1985. Il nous a raconté tout le processus de travail avec les jeunes comédiens kmers.

Hugo Lombard, 1ère L.